AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 talk to me + (r.)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Garance Constantin

avatar

◭ MESSAGES : 27
◭ INSCRIPTION : 26/08/2012
◭ CRÉDITS : riddle (avatar).
◭ AVATAR : shelley hennig
◭ PSEUDO : l'oisillon bleu.

MessageSujet: talk to me + (r.)   Mer 29 Aoû - 20:16


Il était inutile de penser à ce moment-là. Inutile de savoir pourquoi elle se posait tant de questions sur une personne en qui elle pouvait placer toute sa confiance. C’est tout simplement superflue et sans vraiment de raison particulière. Passant une main dans sa chevelure d’un brun écorce quelque peu sauvage, elle pressa ses lèvres en une ligne mince avant d’entendre son cellulaire bourdonner de manière tout à fait tonitruante sur la surface de sa table de chevet. Se retournant pour le saisir dans sa main, elle prit juste le temps d’éconduire l’appel de son meilleur ami. Depuis quelques jours, elle faisait tout pour ne pas se retrouver en présence d’Arthur et les propos de son frère ainé ne cessés de lui trotter à l’esprit comme une comptine proverbiale. Secouant la tête pour balayer son esprit, elle enfila sa veste noire avant de quitter le logement du bâtiment du célèbre poète avare de bohème et de rêve emplit de poésie déprimante. Pour gagner le centre de la ville à pied il ne fallait pas se montrer fainéante ou ronchonne, un problème qui ne concernait guère la jeune femme de coutume mais elle c’était portée garante pour ramener quelques-uns de ses amis. Garance n’avait jamais tenue l’alcool et c’est en partie pour cette question qu’elle se portait volontaire pour ne jamais boire, mais en ces temps peu glorieux elle n’aurait pas dit non. Au sein de la voiture une ambiance bonne enfant régnait. Une ambiance synonyme de réussite aux examens, ce qui fit sourire la jeune femme qui assise derrière son volant esquissa un rire instinctivement satisfaisant. Voilà elle était sur la bonne route pour oublier cette relation si complexe entre elle et celui qui avait bercé son enfance et sa vie d’aujourd’hui. Quelques minutes et quelques kilomètres plus tard, la petite bande arriva enfin à destination de la boite de nuit du quartier. Programme de la soirée : s’amuser, s’amuser et encore s’amuser. (…) Vêtue d’une simple petite robe blanche qui s’ajustait à son style ne pas être repérer particulièrement, elle tourna la tête en direction du bar où l’un de ses camarades la considéra d’un sourire coutumier. Le barman la connaissait plutôt faute d’être une connaissance de sa sœur ainée et en dépit du fait qu’il avait atterri dans le lit de sa frangine pour une nuit et une seule, Garance l’avait toujours trouvé plutôt cool et sympathique. « Alors, à ce que je vois tu es toujours la volontaire qui ne boit pas ?! ». Lui dit James lorsqu’elle s’approcha un peu plus du comptoir du bar pour le saluer. « Oui toujours ! ». Elle leva son bras gauche pour montrer le petit bracelet jaune témoin de sa sobriété ce soir-là. Garance avait toujours été une jeune femme sérieuse et pleine de vie, un brin de fille que tout le monde ne manquait pas de remarquer malgré elle. Adorable était le mot qui revenait le plus souvent à ses oreilles, un terme que son blond de meilleur ami ne cessait de lui répéter pour son sourire, pour ses expressions enfantines et râleuses ou encore pour ses actes maladroits. Par un mouvement de colère, elle saisit le verre d’alcool de son ami et le but d’un trait en enlevant le bracelet de son bras gauche. « Désolé mais j’en avais besoin pour une fois. ». Son intonation catégorique et tranchante fit rire le barman alors qu’elle se levait pour rejoindre le milieu de la piste de danse. Elle devait chasser la pensée et s’occuper l’esprit était ce qu’il y avait de mieux à faire. Se mêlant à la foule, elle pouvait sentir cette dernière s’enivrer face au rythme de la musique et c’est tout naturellement qu’elle en fit de même. Un homme avoisinant la trentaine certainement – peut être un peu moins – s’approcha un peu plus d’elle mais cela elle ne sembla guère le remarquer. L’alcool n’était pas son amie et lorsqu’on n’avait pas l’habitude de boire le premier verre fait vite son petit bout de chemin. Néanmoins elle fut légèrement prise de cours lorsqu’une poigne de fer la tira de la piste et alors le visage d’Arthur lui apparut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: talk to me + (r.)   Ven 31 Aoû - 8:03


Arthur reposa son téléphone sur la table du salon de sa sœur passablement énervé. Franchement, il ignorait ce qu’il avait fait cette fois pour que Garance ne décroche pas à ses appels téléphoniques. Quand elle faisait ça en général c’était qu’il avait fait quelque chose et là il ne comprenait pas vraiment quoi. Le pire c’était que ça le tuait qu’elle l’évite de cette manière, c’était insupportable. Arthur avait passé la matinée dans l’appartement de sa sœur à potasser un devoir de droit pour la rentrée et celle-ci était rentrée à midi pour faire à manger et pour passer un peu de temps avec lui. Il était de nouveau seul dans l’appartement en ce bel après-midi et il décida d’aller passer sa colère dans la rue. Peut-être qu’en marchant ça ira mieux. Laissant un petit mot sur la table de sa sœur pour la remercier, il ferma l’appartement derrière lui car oui elle lui avait donné la clé et il fila dans la rue. La journée était belle, parfaite pour une petite ballade sur la plage. Marchant d’un pas rapide comme à chaque fois qu’il marchait avec la tête pleine de pensées, le jeune Lemoine arriva à la plage en quelques minutes. Il prit ses chaussures dans les mains et se glissa à travers les baigneurs pour aller marcher les pieds dans l’eau. Depuis qu’il était gosse, la plage était son endroit. Qu’elle soit pleine ou vide n’avait pas d’importance, c’était l’endroit où il aimait réfléchir, l’endroit où tout finissait toujours par devenir plus clair. Marchant tranquillement maintenant il réfléchissait aux derniers jours passés avec Garance et à ses actions. Il avait agis comme il l’avait toujours fait depuis des semaines et ils n’avaient pas eu une seule dispute depuis des mois alors que se passait-il ? Et puis il était son meilleur ami, celui qui la connaissait le mieux alors si quelque chose n’allait pas elle devait lui en parler pas vrai ? Arthur détestait cette situation où il se sentait impuissant face aux sentiments de la demoiselle. Jamais il ne l’avouerait mais le lien qu’il avait avec la brunette était aussi important à ses yeux que celui qu’il avait avec sa sœur ce qui n’était pas rien quand on connaissait la fratrie Lemoine. Combien de temps il avait marché ? Aucune idée mais la ville était loin maintenant et le soleil commençait à descendre derrière la mer. Soupirant, Arthur retourna sur ses pas toujours aussi frustré car aucune de ses questions n’avait trouvée de réponse. Soudain il sentit son téléphone vibrer dans sa poche. Le sortant, un sourire s’afficha sur son visage quand il lut : Ce soir, le Picadilly, pas d’excuses Lemoine tu ramènes tes fesses ! Comment refuser ? Une bonne soirée entre potes était une distraction parfaite et avec un peu de chance il trouverait une jolie demoiselle pour faire sortir l’image de Garance de son esprit. Il mit une heure pour retourner à son appartement qui était vide. Le jeune homme se doucha, s’habilla et ferma l’appartement avant de monter sur son vélo. Oui, il n’avait pas l’argent pour se payer une voiture alors il utilisait le vélo et la boîte n’était pas vraiment à côté de chez lui donc ça irait toujours plus vite qu’à pied. Une quinzaine de minutes plus tard, le jeune homme était devant la boîte et déjà il se sentait mieux. Il venait ici tous les deux soirs ou trois maximum alors autant dire que le videur le connaissait. Il le salua d’une poignée de main et passa la porte pour se retrouver dans une foule compacte. Se dirigeant vers le bar, il commenda une boisson avant de se diriger vers le coin où se trouvaient toujours ses potes, c’était leur repère. Il les y trouva en train de se décider sur leurs conquêtes et ne put s’empêcher de sourire. Il leur dit bonjour à tous avant de s’asseoir avec eux et de participer à la conversation. Une heure plus tard et quelques verres dans le ventre, il ne restait que lui et son meilleur ami. Arthur buvait depuis tellement d’années maintenant qu’il supportait l’alcool mieux que personne. « T’as vu la meuf à la robe blanche ? Celle-là je me la ferais bien ce soir. » Dit-il les yeux pleins d’envie. Arthur regarda de plus près la jeune fille en question et il se figea. Garance, c’était Garance au milieu de la piste de dance et un vieux pédophile s’approchait dangereusement d’elle. Pourquoi ne faisait-elle rien ? Bonne question … « Là mon vieux n’y pense même pas ! C’est Garance et tu la touches pas. » Protecteur ? Un peu mais bon, tous les meilleurs amis sont comme ça non ? Son meilleur ami explosa de rire en disant : « Ah oui, j’avais oublié qu’elle était chasse gardée. Je te la laisse mon pote, je vais discuter avec la demoiselle au bar. » Dit-il en se levant avant qu’Arthur ait le temps de protester. Soupirant, le jeune homme prit son courage à deux mains et se dirigea vers sa meilleure amie. Peut-être ne serait-elle pas heureuse de le voir mais elle le remercierait le lendemain de l’avoir sortis des pattes d’un vieux. Une fois près d’elle, il l’attrapa par le bras et la tira loin du vieux qui ne semblait pas aimer ça. Pour une fois, Jules serait d’accord avec lui ! Cependant, Garance ne semblait pas ravie de l’interruption. « Désolé ma belle mais je ne pouvais pas laisser un vieux te regarder comme ça c’était dérangeant. Sinon, une raison particulière pour n’accepter aucun de mes appels depuis quelques jours ? » Demanda-t-il d’un ton désinvolte. Arthur était le genre de personne qui ne laisserait jamais personne voir ce qu’il ressentait vraiment. Il le faisait que quand il était heureux sinon il se refermait sur lui-même.
Revenir en haut Aller en bas
Garance Constantin

avatar

◭ MESSAGES : 27
◭ INSCRIPTION : 26/08/2012
◭ CRÉDITS : riddle (avatar).
◭ AVATAR : shelley hennig
◭ PSEUDO : l'oisillon bleu.

MessageSujet: Re: talk to me + (r.)   Sam 1 Sep - 10:59

Le regard figé devant le visage coutumier du blond, l’esprit pourtant légèrement clair, Garance ne pouvait guère contredire les propos que lui tenait son meilleur ami. D’ailleurs que faisait-il là ?! Arthur la toisait d’une expression qu’elle ne connaissait que trop bien pour ne pas la deviner, pourtant aussi proches qu’ils pouvaient l’être elle avait la forte impression d’être devenue une simple étrangère. Il ne la quittait pas des yeux, et la pression qu’il exerçait sur son bras la ramena dès lors à la réalité. « Désolé ma belle mais je ne pouvais pas laisser un vieux te regarder comme ça c’était dérangeant. Sinon, une raison particulière pour n’accepter aucun de mes appels depuis quelques jours ? ». Un timbre de voix impertinent témoignait largement de son mécontentement à son égard et elle ne fut par surprise qu’il mentionne les nombreux appels et messages qu’elle n’avait même pas pris la peine de lire. Sous la tutelle de sa propre colère en vue de la situation, la jeune femme se dégagea de la poigne de son interlocuteur avant de reprendre sur une intonation furieuse et catégorique. « Que ce soit dérangeant ou pas je ne vois en quoi cela te regarde. ». Une parole qui pour elle était claire comme de l’eau de roche et elle ne comptait pas revenir dessus. Elle ne voulait pas dépendre du lien qu’ils avaient tous les deux instaurés, elle avait d’ailleurs été complétement stupide d’avoir accepté. Cette situation faisait valser leur amitié si solide dans les roses, et elle avait l’impression de perdre un peu plus chaque jour la complicité qu’elle avait avec Arthur. Massant son poignet une fraction de secondes, elle se détourna de son camarade en direction de la sortie. Elle comptait s’amuser ce soir mais cela semblait bien prendre une tournure de fin plus que toute autre chose. Elle pouvait entendre la musique lui marteler le crane, et les volutes de fumées lui embrumer les narines, quant au verre d’alcool qu’elle avait dans le sang il faisait son petit bonhomme de chemin. Passant une main dans ses cheveux légèrement ondulée, Garance s’avança non loin de l’entrée de la boite pour prendre humer quelque peu l’air plus sobre qui s’en dégageait tout en appuyant son dos contre le mur. La dernière interrogation d’Arthur était valable et clairement il avait compris qu’elle l’évitait. Il la couvait d’un regard réprobateur et elle perdit de sa patience habituelle. « Non il y a aucune raison, j’ai juste l’esprit trop occupé c’est tout. ». Une réponse toute bête, une réponse qui révèle au combien elle a toujours été une piètre menteuse. Si elle fuyait son meilleur ami, celui avec lequel elle n’avait aucun secret c’était pour des raisons qui dépassaient sa pensée. Elle n’a jamais réellement été très confiante dans ses relations amoureuses – au contraire des relations amicales où elle gagnait de belles et grandes amitiés -, elle la plupart de ses proches la jugeait instable ou encore trop jeune pour ne pas se montrer assez méfiante. Jules avait peut-être raison dans le fond, mais croire son frère ainé n’était pas toujours un bon conseil. Elle passa une main sur son visage pour masser sa tempe, espérant que son maux de tête disparaitrait mais elle pouvait toujours patienter. « Arrête de me regarder comme ça tu veux, va plutôt avec tes amis … Et puis c’est de ta faute tout ça Arthur ! J’aurai jamais dû accepter tout ça, regarde où ça nous mène franchement ? Tout ça me dépasse … ». Mais elle ne pris pas le soin de terminer sa phrase car elle se laissait emporter par les vagues sur lesquelles elle n’aurait bientôt plus aucune prise. Elle pressa ses lèvres en une ligne mince et croisa ses bras sur sa poitrine comme pour se donner davantage de crédibilité. Elle resta un petit moment sans rien prononcer de plus, avec pour seuls témoins la musique et les cris des jeunes qui s’amusaient en cette soirée. « Oublie ce que je viens de dire, le verre que j’ai bu me fait dire n’importe quoi ! ». Répliqua-t-elle avec un rire forcé qui n’avait rien du tout de convainquant pourtant elle espérait que Arthur n’y voit que du feu. Seulement il l’a connaissait mieux que personne et lire en elle semblait être un jeu d’enfant pour lui depuis leur enfance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: talk to me + (r.)   Sam 1 Sep - 16:22


En sortant avec ses potes ce soir, Arthur n’avait pas pensé une seule seconde qu’il pourrait y trouver Garance. C’était idiot de sa part, il savait très bien que sa meilleure amie sortait avec ses copines aussi de temps en temps mais il devait avouer que de ce côté là elle était bien plus raisonnable que lui ce qui n’était pas bien difficile. Seulement ce soir, ce n’était pas une réunion pour une super soirée. D’habitude, ils se seraient retrouvés surpris ou plutôt ils auraient prévu de se retrouver car ils en auraient parlé avant et la soirée aurait été géniale. Ce soir, Arthur avait l’impression que les choses allaient se passer différemment et pas dans le bon sens du terme. C’était quelque chose que le jeune homme détestait car il avait toujours détesté se disputer avec les autres et encore plus avec Garance. En plus il ne savait pas sur quoi portait cette dispute et le fait qu’elle ne lui parlait plus du tout parce qu’elle n’avait pas pris le temps de lui en parler. D’habitude, quand elle était en colère contre lui, elle prenait au moins le temps de lui dire pourquoi … « Que ce soit dérangeant ou pas je ne vois en quoi cela te regarde. » Arthur lui lança un regard surpris. Elle était sérieuse ? Ca ne la gênait pas qu’un gars de plus de quinze ans son aîné lui tourne autour avec un regard pervers ? Toute fille normale l’aurait au moins remercié pour ça mais apparemment, ce qu’il avait fait à la demoiselle prenait le dessus sur le reste. Un peu irrité il devait l’avouer, Arthur lui dit : « Désolé de t’avoir sortis des mains d’un pervers de cinquante ans, la prochaine fois je ne ferai rien. » Oui, en plus de ses mauvais côtés, celui qu’on avait toujours reproché au jeune homme était le fait qu’il s’énerve à une vitesse fulgurante. Rien que de pensait à une dispute le mettait dans tous ses états et en plus si on le cherchait de cette manière c’était encore pire. Mais elle n’avait pas tord, ce n’était pas ses affaires. Il aurait certainement fait pareil avec un gars de leur âge ce qui n’aurait pas eu de sens et cela le mortifia rien que d’y penser mais ce n’était pas le moment de passer au scanner ses sentiments, il aurait le temps de le faire avec sa sœur car il en était incapable tout seul. Garance finit par partir en direction de l’entrée de la boîte. Ils pouvaient sentir l’air frais de la nuit sur leurs visages et cela semblait la calmer. Finalement elle sembla se rappeler qu’il lui avait posé une question et répondit : « Non il y a aucune raison, j’ai juste l’esprit trop occupé c’est tout. » Quoi ? C’est tout ? Soit elle se fichait de lui et allait devoir faire mieux soit elle disait la vérité et il y avait un problème dans leur relation désormais. Ils étaient censés tout se dire, tout ce qui leur occupait l’esprit et apparemment, Garance avait oublié ce détail. Arthur continuait à le faire, moins souvent certes mais ce n’était pas de sa faute si elle évitait de le croiser à l’appartement et évitait ses coups de téléphone. Soupirant, Arthur lui dit : « Tu crois que c’est une bonne raison ça Garance ? Justement ! Si tu avais l’esprit occupé tu aurais dû venir me voir, on en aurait parlé entouré de bonbons comme on l’a toujours fait et à la fin on aurait trouvé une solution ! Je comprends pas pourquoi tu ne l’as pas fait … » Que pouvait-il lui dire d’autre ? Tant qu’elle ne lui aurait pas dis les choses noir sur blanc, il ne les comprendrait pas. D’accord leur relation avait pris un autre niveau mais pour Arthur cela ne devait rien changer à ce qu’ils avaient auparavant. Cependant cela s’était passé, sans même qu’il ne s’en rende compte … Le jeune femme ne semblait cependant pas avoir fini avec lui voilà pourquoi elle continua : « Arrête de me regarder comme ça tu veux, va plutôt avec tes amis … Et puis c’est de ta faute tout ça Arthur ! J’aurai jamais dû accepter tout ça, regarde où ça nous mène franchement ? Tout ça me dépasse … » Cela tomba comme si on venait de lui renverser une carafe d’eau froide sur la tête. Pourquoi avait-elle accepté au fond alors ? Et pourquoi n’avait-elle rien dis ? C’était ce que se demandait le jeune homme. Il ne l’avait pas forcée, il lui avait demandé si elle était d’accord et bien trop content qu’elle accepte, il ne s’était pas posé de questions. Le jeune homme était perdu. A ses yeux la nouvelle relation qu’ils entretenaient était censée les rendre encore plus proches mais à la place, elle n’avait fait que les éloigner et pour Arthur, il était hors de question de perdre sa brunette. « Oublie ce que je viens de dire, le verre que j’ai bu me fait dire n’importe quoi ! » Il était vrai que l’alcool et Garance n’allaient pas ensemble mais cela ne voulait pas dire que le jeune homme était dupe. Il la connaissait par cœur, cette phrase s’était pour lui faire plaisir et pas autre chose. Mais il ne pouvait pas laisser la situation ainsi, pas après ce qu’elle venait de lui dire. Si cela devait gâcher leur relation si chère aux yeux du jeune homme alors pourquoi continuer ? D’accord, il en mourrait d’envie, cela allait être dur pour lui mais il valait mieux ça que la perdre totalement non ? La musique lui tapait sur le système. Celle fois, il la prit par le bras et l’emmena dehors où le silence de la nuit était presque flippant. « Peu importe ce que tu as bu Garance, tu ne peux pas me balancer ça et espérer que je l’oublie le lendemain. Pourquoi tu ne m’as rien dis ? Si c’était ça le problème tu aurais dû m’en parler ! D’accord, j’avoue que j’aime énormément le surplus de notre amitié mais si cela doit impliquer que ce que nous avions doit disparaître, je ne pense pas que ce soit une excellente idée. J’ai pas envi que tu me caches des choses, que tu évites mes coups de téléphone à cause de ça ma belle. » Lui dit-il d’un trait. Il ne savait pas ce qu’il faisait. Arthur n’avait jamais été très bon pour résoudre des situations de ce genre et en général il finissait par regretter ce qu’il avait dis le lendemain. En fait, il n’était jamais capable de savoir quel sentiment l’animait, depuis petit il avait un énorme problème avec ses sentiments et avait énormément de mal à savoir de quelles natures ceux-ci étaient. Mais il était sûr d’une chose, il ne voulait pas que cette situation perdure entre Garance et lui, il voulait qu’elle soit sa meilleure amie d’avant même s’ils devaient pour cela mettre de côté la partie sexuelle de leur relation.
Revenir en haut Aller en bas
Garance Constantin

avatar

◭ MESSAGES : 27
◭ INSCRIPTION : 26/08/2012
◭ CRÉDITS : riddle (avatar).
◭ AVATAR : shelley hennig
◭ PSEUDO : l'oisillon bleu.

MessageSujet: Re: talk to me + (r.)   Sam 1 Sep - 20:29

Il y a quelques années encore, ils étaient encore des enfants que rien ne semblait déranger. Ils avaient des envies et des rêves pleins la tête et c’était promis d’être toujours présent l’un pour l’autre un peu comme les frères et sœurs qu’ils ne seront jamais. Les liens du sang n’avaient toujours une raison valable d’exister mais avec le jeune homme, Garance ne c’était jamais posée plus de question que cela. Elle avait tout de suite su qu’ils formeraient un tandem de choc sans jamais rien remettre en cause. « Tu crois que c’est une bonne raison ça Garance ? Justement ! Si tu avais l’esprit occupé tu aurais dû venir me voir, on en aurait parlé entouré de bonbons comme on l’a toujours fait et à la fin on aurait trouvé une solution ! Je comprends pas pourquoi tu ne l’as pas fait … ». C’est vrai, il fut un temps où elle serait venue le trouver pour lui raconter tous ses soucis, lui faire part de ses doutes et aussi de toutes les interrogations qu’elle se posait au sujet de la situation qui la tracassait depuis quelques temps déjà. Cela la travaillait non pas parce qu’elle en avait marre, mais tout simplement parce qu’elle commençait à entrevoir une vision qui la menait tout droit à une réalité à laquelle elle ne s’attendait tout bonnement pas. La dernière de la fratrie était sans nul doute la plus compliqué de la famille Constantin surtout en ce qui concernait le domaine du cœur qu’elle avait laissé derrière elle depuis un bon moment. Sa dernière histoire avait été une erreur monumentale et seul le terme souffrance en était ressorti. Elle avait d’ailleurs passée toute une soirée à se pelotonner dans son fauteuil entouré de films dramatiques et romantiques et à se goinfrer de de glace au chocolat. Arthur en avait d’ailleurs finit le pot en disant qu’elle méritait mieux qu’un idiot pareil et il avait réussi à lui redonner le sourire comme il savait si bien le faire. Alors oui elle aurait pu venir vers lui pour lui faire part de tout ce qui lui pesait sur la conscience mais cela le concernait d’une manière dont elle n’avait nullement l’habitude. Pour toute réponse, le jeune homme ne trouva de la part de sa meilleure amie qu’un mince silence qui en disait long sur le fond de sa pensée : elle ne lui disait pas tout. Des deux, Garance avait toujours la plus facile à deviner, à cerner. Il avait toujours été difficile pour elle de mentir à ses proches, et le blond savait parfaitement comme trouver réponse de coutume mais Garance tiendrait bon. Alors qu’elle venait de lui sortir une tirade de vérité qu’elle ne contait aucunement divulgué, elle lui demanda de mettre cela sur le compte du verre qu’elle avait ingurgité à une vitesse flagrante quelques minutes plus tôt. Seulement Arthur la couva d’une expression digne d’une affirmation : il ne laissera pas tomber sans rien comprendre. La musique paraissait toute proche et ce qui ne facilitait pas vraiment la dialogue qui prenait une tournure quelque peu lourde entre eux. Et pour la première fois depuis longtemps, la brunette compris qu’un tournant aller arriver entre eux du bon comme du mauvais côté. Arthur pris alors la brunette par le bras et ils sortirent en direction de la sortie où la nuit et le silence régnaient comme de parfaits maitres. Il planta son regard de manière à soutenir celui de l’étudiante en arts dramatiques, et répliqua d’une seule traite. « Peu importe ce que tu as bu Garance, tu ne peux pas me balancer ça et espérer que je l’oublie le lendemain. Pourquoi tu ne m’as rien dis ? Si c’était ça le problème tu aurais dû m’en parler ! D’accord, j’avoue que j’aime énormément le surplus de notre amitié mais si cela doit impliquer que ce que nous avions doit disparaître, je ne pense pas que ce soit une excellente idée. J’ai pas envi que tu me caches des choses, que tu évites mes coups de téléphone à cause de ça ma belle. ». Un léger silence s’installa de nouveau, et malgré les esprits quelque peu embrouillé par l’alcool Garance avait compris l’essentiel des mots qu’avaient prononcés Arthur. Elle baissa la tête vers le sol, le souffle de sa respiration laissant transparaitre une buée par la fraicheur de la nuit. La différence de température se faisait grandement sentir, mais cela permis à Garance de respirer l’air de manière limpide cette fois. « C’est parce que je ne veux pas tout perdre que je n’ai rien dit. J’ai toujours été un livre ouvert pour toi je me suis toujours confier de manière personnelle mais là c’est différent parce que ce qu’on partage en plus me met dans une position où je suis perdue. Tu sais que sentimentalement parlant je ne suis pas douée pour les mots … ». Lui dit-elle voix peu portante mais calme à la fois. Elle devait peut être parler avec son cœur et non avec sa tête sachant comment Arthur ? L’hésitation était grande mais il avait raison sur un point : elle ne pourrait pas toujours le fuir sans qu’il ne se pose davantage de question. Elle respira doucement pour tenter d’évacuer le surplus d’angoisse qui la submergeait et reporta ses prunelles sur le blond. « … Si je t’évite j’ai mes raisons d’accord mais je si tu veux je sois honnête alors notre relation m’a mise devant une situation qui me rapproche à une réalité qui n’est pas possible même si j’aime me retrouver avec toi. Je me demande sans arrêt si mes sentiments pour toi sont principalement tournés vers l’amitié ou s’il y a plus … Je suis perdue avec tout ça et si je prends de la distance c’est pour pas perdre ce lien d’amitié qui nous rapproche parce que je sais que tu es seulement mon meilleur ami, et que je serai toujours ta meilleure amie … Oui je sais tu ne vois pas là où je veux en venir mais c’est pas grave demain on aura oublié hein ? ». Elle se met alors à sourire d’un air nerveux mais des larmes commencent doucement mais certainement à embrumer ses yeux malgré elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: talk to me + (r.)   Dim 2 Sep - 21:57


Arthur commençait à voir cette soirée d’un mauvais œil. Ce n’était pas vraiment son truc de parler de choses de ce genre. Garance avait accepté, si elle voulait arrêté, il fallait qu’elle le demande et on n’en parlait plus. De cette manière, Arthur n’avait pas à faire face à ses sentiments et encore moins aux sentiments de la demoiselle. Le problème était qu’elle n’avait pas vu les choses de cette manière, d’ailleurs, elle n’avait certainement pas vu les choses du tout vu qu’elle avait bu un verre qui lui montait à la tête. Peut-être que le verre avait beaucoup aidé mais d’un côté c’était une bonne chose, ils avaient besoin de discuter de cette situation, ils ne pouvaient pas continuer à s’éviter éternellement. En général, quand Arthur merdait car oui, c’était souvent lui qui merdait, il venait s’excuser dans la journée et tout repartait comme avant sauf que cette fois les choses étaient différentes. Cette fois, il ne savait pas ce qu’il avait fait pour qu’elle l’évite de cette manière et cette petite question avait envahi son esprit comme un virus qui se répand dans l’organisme. Enfin, il semblait avoir un semblant de réponse maintenant, cela avait un rapport avec la nouvelle facette de leur relation, la partie bénéfique de leur amitié. Arthur avait réellement pensé que ce serait une bonne idée pour eux de passer ce nouveau cap, ne plus avoir honte de rien, ne plus rien se cacher et profiter de leur célibat pour passer du bon temps, ce qu’ils n’avaient pas manqué de faire. Cependant, il semblait y avoir quelque chose là dedans qui gênent la demoiselle et Arthur devait mettre le doigt dessus, il le fallait parce qu’il voulait à tout prix que son amitié avec Garance reste préservée avant tout le reste. « C’est parce que je ne veux pas tout perdre que je n’ai rien dit. J’ai toujours été un livre ouvert pour toi je me suis toujours confier de manière personnelle mais là c’est différent parce que ce qu’on partage en plus me met dans une position où je suis perdue. Tu sais que sentimentalement parlant je ne suis pas douée pour les mots … » Peut-être qu’elle était perdue mais elle venait de le perdre aussi par la même occasion. Où voulait-elle en venir avec toutes ces paroles ? D’accord, elle était à peu près aussi douée que lui pour parler de ses sentiments et ça voulait dire énormément de choses. Elle avait parlé d’une voix faible, comme si elle espérait qu’il ne l’entende pas mais dans le silence qui régnait, il l’entendait mieux que personne. Ne sachant pas quoi dire, Arthur préféra se taire et voir si elle allait continuer à parler. Il finirait bien par trouver quelque chose si ce n’était pas le cas mais pendant ce temps, il réfléchissait. Garance et lui se connaissaient depuis toujours, du moins c’était ce qui lui semblait et jamais il n’y avait eu de disputes de plus de deux heures. Ils étaient liés comme les doigts de la main depuis leur plus jeune âge. Qu’il partage un appartement avait paru normal à tout le monde bien entendu. D’où Arthur avait-il sortis cette idée de sexe entre amis ? D’un film débile que sa sœur lui avait fait regardé prétextant que son acteur préféré jouait dedans. Entre Garance et lui, il n’y avait jamais rien eu d’autre que de l’amitié même si Arthur devait avouer qu’il n’avait pas manqué de remarquer les belles formes de sa meilleure amie. Pas difficile quand vos potes les commentent toutes les cinq minutes … Alors un soir, en rentrant et en voyant Garance sur son lit, il n’avait pas pu résister à l’envie de lui proposer cette espèce de jeu. Elle l’attirait depuis longtemps mais il aurait suffit d’un non pour qu’il ne repose jamais la question. Cependant, à sa plus grande surprise, elle avait dit oui et ils en étaient donc arrivés là, derrière cette boîte à essayer de comprendre ce que l’autre ressentait. « Si je t’évite j’ai mes raisons d’accord mais je si tu veux je sois honnête alors notre relation m’a mise devant une situation qui me rapproche à une réalité qui n’est pas possible même si j’aime me retrouver avec toi. Je me demande sans arrêt si mes sentiments pour toi sont principalement tournés vers l’amitié ou s’il y a plus … Je suis perdue avec tout ça et si je prends de la distance c’est pour pas perdre ce lien d’amitié qui nous rapproche parce que je sais que tu es seulement mon meilleur ami, et que je serai toujours ta meilleure amie … Oui je sais tu ne vois pas là où je veux en venir mais c’est pas grave demain on aura oublié hein ? » Le jeune Lemoine avait toujours détesté voir les gens pleurer. Jamais capable de les consoler, c’était quelque chose qu’il ne supportait pas. Et voilà que Garance se mettait à pleurer après un discours dont Arthur n’avait pas compris la moitié des choses. Ce qui était certain c’était qu’il s’en souviendrait lui en tout cas parce qu’il n’avait pas beaucoup bu et qu’il tenait très bien l’alcool. Tout le reste restait un peu flou mais ce qu’elle semblait essayer de lui dire c’était qu’elle avait du mal à voir où se trouvait la ligne entre l’amitié et ce qui vient après. A vrai dire, Arthur ne s’était jamais posé ces questions là et il se dit que peut-être il devrait le faire. Garance était l’une des rares filles à qui il tenait et rien que par ce statut, elle occupait une énorme place dans son cœur. Pour calmer les pleurs de la demoiselle, Arthur fit la seule chose qui lui vint à l’esprit, il la prit dans ses bras et la laisse pleurer. Sa mère lui avait toujours dis qu’il valait mieux laisser sortir un bon coup que de trop retenir. Quand il sentit qu’elle se calmait, il s’écarta un peu et essuya les dernières larmes de la brunette avec ses doigts. « J’aime pas quand tu pleures, ça me rends triste … » Lui dit-il tranquillement. Il avait largement le temps de venir au reste … « Je suis désolé de te dire que je m’en souviendrai demain matin, j’ai toujours su tenir l’alcool. Mais ça n’a pas d’importance parce que cette discussion, fallait qu’on l’ait un jour. Tu crois que je t’aurais laissé m’éviter longtemps ? » Lui dit-il un sourire en coin sur les lèvres. Il aurait même été frapper chez Jules s’il le fallait. « J’adore notre nouvelle complicité et j’avoue ne jamais m’être posé les mêmes questions que toi mais si tu veux mettre les choses au clair, on peut arrêter ou faire une pause. T’es la personne la plus importante pour moi Garance, avec ma sœur bien sûr, et j’ai pas envi de faire tout foirer parce que c’est ma spécialité en général. Et comme je ne sais pas du tout ce qu’il faut faire pour que tu me fasses plus la tête, s’il te plaît dis-le moi. » Lui demanda-t-il avec ses yeux de chien battu. Pour ce qui était de ses sentiments sur l’amitié ou plus entre eux, il était incapable de savoir ce qu’il ressentait mais il voyait venir sa sœur avec son sourire supérieur lui annoncer que ce qu’il est en train de pressentir est arrivé.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: talk to me + (r.)   

Revenir en haut Aller en bas
 
talk to me + (r.)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Accessoire] YUBZ TALK
» Let's talk about hygiene in the rearing containers!
» Hémérocallis
» Cillbarra Talk Talk (Callan)- nouvelles photos et vidéo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
.:: CLIC CLAC ::. :: IV) LA ROCHELLE :: quartier hôtel de ville - saint-sauveur :: picadilly-
Sauter vers: